84 Cours du Général Leclerc 33210 Langon
09 61 60 42 23
contact@herve-gille.fr

Pour une alimentation durable :

Mardi 30 juin, à l’occasion du débat sur les enjeux d’une alimentation durable : un enjeu sanitaire, social territorial et environnemental majeur pour la France, j’ai interrogé le ministre de l’agriculture, Didier Guillaume sur les perspectives concrètes d’une approche territoriale de ce sujet.
En effet la crise sanitaire récente a montré les limites de notre autonomie et dans ce contexte il nous faut plus que jamais interroger nos modes de production, de consommation, et leurs impacts environnementaux à l’échelle et dans les spécificités de chaque territoire. Aujourd’hui le projet territorial permet de partager une stratégie commune, de définir des objectifs et des moyens pour les atteindre. En s’appuyant sur l’existant des solutions concrètes pourraient largement contribuer à renforcer la territorialité.
En effet, les PAT (Projets Alimentaire Territoriaux), portés par des syndicats mixtes sont aujourd’hui de bons vecteurs mais sont fragiles. Au même titre que les PLans Climats, il faudrait généraliser les plans d’alimentation durable au sein des EPCI en développant un axe logistique pour renforcer les circuits locaux.
Dans le même élan, les SCOTS intégrateurs mériteraient d’être mobilisés pour créer les conditions d’une préservation foncière dédiée à l’autonomie alimentaire. Les territoires dans l’impossibilité pourraient compenser leurs obligations avec des territoires de proximité, ce qui renforcerait les coopérations territoriales.
La réponse du ministre, très insatisfaisante, peu concrète, marque un manque de prise en considération des potentiels de nos territoires et de l’urgence de cette mise en commun des actions en faveur du développement durable. Ce doit être une priorité politique et comme l’alimentation durable, la question du foncier essentielle doit être défendue.
C’est dès à présent que nous avons besoin de décisions fortes pour structurer des objectifs et déployer des programmes. Les territoires sont prêts à agir. En Gironde par exemple le département est décidé à accompagner les collectivités territoriales sur ces questions d’alimentation et de proximité pour construire dès à présent les bases de projets durables.